Correspondência trocada entre Vitor Hugo, Eduardo Coelho e Brito Aranha

Correspondência trocada entre Brito de Aranha e Victor Hugo

Resposta de Victor Hugo à carta de Pedro de Brito Aranha. [trd. PT]

À M. PEDRO DE BRITO ARANHA

Hauteville-House, 15 juillet.

Votre noble lettre me fait battre le coeur.

Je savais la grande nouvelle; il m’est doux d’en recevoir par vous l’écho sympathique.

Non, il n’y a pas de petits peuples.

Il y a de petits hommes, hélas!

Et quelquefois ce sont ceux qui mènent les grands peuples.

Les peuples qui ont des despotes ressemblent à des lions qui auraient des muselières.

J’aime et je glorifie votre beau et cher Portugal. Il est libre, donc il est grand.
Le Portugal vient d’abolir la peine de mort.

Accomplir ce progrès, c’est faire le grand pas de la civilisation.

Dès aujourd’hui le Portugal est à la tête de l’Europe.

Vous n’avez pas cessé d’être, vous Portugais, des navigateurs intrépides. Vous allez en avant, autrefois dans l’océan, aujourd’hui dans la vérité. Proclamer des principes, c’est plus beau encore que de découvrir des mondes

Je crie : Gloire au Portugal, et à vous : Bonheur !

Je presse votre cordiale main

V. H.

“Actes et Paroles II – Pendant l’exil; La peine de mort abolie en Portugal – 1867”; http://lettres.ac-rouen.fr/francais/dernier/portugal.htm , acedido em 03-01-2017

1 pensamento em “Correspondência trocada entre Vitor Hugo, Eduardo Coelho e Brito Aranha

  1. Pingback: A pretexto dos 150 anos do fim da pena de morte em Portugal – Comissão Diocesana da Cultura

Deixe uma resposta